Pierre augmentée

Formes et radiations
2019 - Audi Talent's Awards (projet non retenu)

 
En se focalisant sur la pierre entant que matière aux qualités propres, et non plus comme valeur ou décors, le projet vise à définir de nouvelles formes fonctionnelles, à faire évoluer le métier de tailleur en l’intégrant dans un circuit de production entrelacé avec la production industrielle. La problématique porte sur le confort thermique et l’optimisation des ressources pour y arriver. La pierre est aujourd’hui trop peu présente dans les solutions thermiques. Pourtant, c’est un matériaux des plus performants de part son inertie naturelle et son pouvoir calorifique.

Le projet s'établit en 3 axes. Le premier porte sur la corrélation entre la forme et la captation, la restitution et la direction des radiations, engageant une recherche sur la taille de la pierre.

Le second, esquisse l'assemblage de la pierre. Considérant que la pierre, dans la constitution d’un élément thermique, est assemblée avec des éléments technologiques qui transforment l’énergie en chaleur elle en devient augmentée.
La recherche ici se focalisera sur des assemblages possibles avec des matériaux au fort pouvoir calorifique dans un but d'optimisation. 

Le dernier, explore la problématique de la perception d'un rayonnement. Dans un rapport de matière active/ matière réactive, le projet propose une installation immersive valorisant les effets du rayonnement en fonction de la forme de la pierre.

scan 228022019_001355.jpg
scan 228022019_0015.jpg
scan 228022019_0014.jpg
scan 228022019_0017.jpg
untitled.431.jpg

1 / Ailettes

Inspiré par les éléments techniques permettant la dissipation de l’énergie, le principe d’ailettes permet d’augmenter la surface de contact avec l’air, au tout autre élément chaud, ou froid.
C’est ainsi une manière de faciliter la pénétration de l’énergie, comme de l’extraire du bloc stockage.

scan 228022019_0004.jpg
scan 228022019_0003.jpg
scan 228022019_0006.jpg
untitled.452.jpg

1 / Courbes et directions

Inspiré par les éléments de diffusion sonore et lumineux, les radiations sont alors émises selon les mêmes principes de rebonds sur les surfaces. Qu’en est il des formes émissives ? Quel rapport entre les épaisseurs, les formes et les caractéristiques des pierres quant aux radiations ? 

untitled.449.jpg
scan 228022019_0010.jpg

2 / Pierre augmentée / Assemblage matière

Comment permettre l’optimisation de la matière même par un assemblage de surface qui permet une pénétration au coeur même de la masse. 
La pierre de lave, seule roche pouvant supporter des températures de fusion, sera ici la principale pierre exploitée.

La céramique, matériau au fort pouvoir calorifique, et dont la composition peut être conçue comme un composite offre un incroyable terrain d’expérimentation. Sa viscosité, sa porosité, sa densité, son épaisseur ou encore sa méthode d’application sont autant de paramètre pouvant influer sur la performance de stockage, d’émission ou de captation de l’énergie. 

untitled.433.jpg
scan 228022019_0021.jpg
scan 228022019_0019.jpg
scan 228022019_0009.jpg
scan 228022019_0018.jpg
scan 228022019_0002.jpg
scan 228022019_0011.jpg
untitled.434.jpg
untitled.436.jpg

2 / Pierre augmentée / Air et masse

La pierre est déjà assemblée avec du nid d’abeille pour de la structure, mais jamais visible, nous revisitons cet assemblage de matière pour plusieurs raisons.
La structure, toujours, mais en imaginant quel pourrait être la fonction ajoutée de ce volume constitué de dizaines de feuillards d’aluminium.
L’isolation, ou la conductivité, où le nid d’abeille est perçu comme un volume d’air et donc un isolant évident, ou au contraire, un stockage d’air ou de liquide pouvant avoir une incidence sur la masse de la pierre, toujours perçu comme un stockage.  

untitled.4681.jpg
test expo ATA.4693.jpg
untitled.4685.jpg

3 / Forme et objets actifs

Une réflexion sur la représentation de la radiation, à travers le concept de matière active (pierre augmentée) mis en relation avec des matières réactives. Cette matière réactive sera des matières sensibles ou thermosensibles, qui réagissent à la température. La disposition de ces matières réactives dans l’espace permettront de rendre plus ou moins perceptible le rayonnement, son intensité, et sa direction. Ce travail a pour but de développer de nouvelles plasticités utilisant comme médium une matière qui interagit avec son environnement. Pourront être utilisés des matières sensibles naturellement (papier, feuille, plastique), des technologies spécifiques (peintures ou encres thermosensibles) ou des outils numériques comme la caméra thermique, ou encore une installation capteur/analyse/transmission utilisant le numérique. La retranscription peut donc être lumineuse ou mécanique. Enfin, le corps et ses sens seront pleinement mis à contribution.

test expo ATA.4697 photomontage.jpg
test expo ATA.4696 photo montage.jpg